Pas peu fière ! Mon fils est une star !

Pas peu fière ! Mon fils est une star !

Titre racoleur me direz-vous ?

Et alors ! Parfois, il faut savoir être réaliste et avouer au monde entier que mon fils est une star 😉 sans avoir fait de la télé-réalité (oui faut pas pousser quand même).

 

Mais alors qu’a-t-il fait ? Pour être une star !

 

Il a pris la pose auprès d’animaux sauvages et les a soigné. Oui rien que ça !

Je vous en avais déjà parlé dans mon article « Mon grand, vétérinaire d’un jour au safari de Peaugres »

Et bien voilà le magazine Images doc est enfin paru avec mon fils.

Enquête sur le métier de vétérinaire au Safari de Peaugres.

Mon fils est une star - Couverture Images Doc

 

C’est donc mon grand avec cette enquête qui vous révèle un peu du métier d’Estelle vétérinaire auprès des animaux du parc. Elle n’a pas le temps de s’ennuyer avec les 1 200 animaux du safari.

Pas peu fière de mon fiston qui a passé une journée riche en émotions, entre découverte et appréhension de ces animaux sauvages. Parce que, oui, être très près de ces animaux, « ça fait un peu peur ».

[easingslider id= »2218″]

 

Un très beau reportage à lire dans le numéro de février d’Images Doc, qui nous fait découvrir autrement qu’à la télé, le métier de vétérinaire d’un parc zoologique.

Encore un grand merci à toute l’équipe du Safari de Peaugres et à Marc Beynié journaliste d’Images Doc pour ces belles images et ces souvenirs inoubliables.

Mon grand, vétérinaire d’un jour au safari de Peaugres

Mon grand, vétérinaire d’un jour au safari de Peaugres

N°1 a eu la chance de passer une journée avec la vétérinaire du safari de Peaugres. Dans le cadre d’un reportage pour le magazine Images Doc (à paraître en février), il a découvert le métier de vétérinaire, auprès des animaux de la savane.

 

Une journée riche en découverte.

 

Il a pu être au plus près d’animaux que peu de personnes approchent dans leur vie. En toute sécurité, oui il fallait bien rassurer la maman que je suis, car il faut bien le dire j’ai un peu frémi à l’annonce du programme et des animaux approchés.

 

Un programme chargé avec :

 

  • L’entrainement médical du jeune rhinocéros blanc, Unesco née au parc en mars. Difficile de décrire la peau du jeune rhinocéros pour n°1, mais des étoiles plein les yeux quand il raconte qu’il a pu le toucher.

 

  • L’opération d’une Hyène, toutes les précautions sont prises pour la sécurité de n°1 mais également pour l’équipe du parc.
operation_hyene_safari_de_peaugres-vétérinaire en action

Photo : Marc Beynié, journaliste chez Images Doc

 

  • l’entrainement médical des éléphants, petite frayeur quand l’éléphant bouge sa trompe et frôle n°1, mais l’inspection des oreilles a pu être réalisé sans problème.

soin_elephant_safari_peaugres_ vétérinaire_soigneur

Dans la journée il y a eu aussi :

  • l’analyse des crottes de différents animaux comme les zèbres
  • un bonjour aux petits guépards qui feulent.
  • et la découverte de nombreux animaux

On a hâte (même s’il va falloir être patient) de découvrir le reportage dans images Doc.

Un grand merci au safari de Peaugres et à Marc Beynié journaliste pour cette journée inoubliable qui restera gravée dans la mémoire de n°1 enquêteur et vétérinaire d’un jour.

 

Presque 4 ans et déjà un ado en culotte courte

Presque 4 ans et déjà un ado en culotte courte

Mon petit dernier va bientôt fêter ses 4 ans, il me parait bien loin le temps de mon tout petit bébé, le temps des siestes et des câlins quand il tenait facilement dans mes bras. C’est maintenant un mini ado en culotte courte.

 

Voilà quelques signes qui ne trompent pas

 

Il veut être plus vieux

Tout comme l’ado de 16 ans qui rêve d’avoir 18ans pour fêter sa majorité. Mon petit bout voudrait avoir quelques années de plus pour avoir plus de liberté, pour faire comme les grands et aller tout seul à l’école.

Quant à la caisse d’un musée l’entrée est gratuite pour les moins de 4ans et que votre chérubin hurle haut et fort qu’il en a 5, il vaut mieux avoir un justificatif pour ne pas payer, car lui n’avouera jamais son âge.

 

Il dit NON à tout

non

Peu importe la proposition qu’on lui fait, de facto c’est non. Une vraie période d’opposition digne d’un ado, il ne manque plus que la porte qui claque, mais nous avons déjà les hurlements et le fameux « c’est pas juuuuuuuuste ».

 

Il ne veut pas se coucher

Non décidément dormir c’est pour les bébés et lui n’est plus de cela. Alors non je ne dormirais pas, je lutte, même si je n’en peux plus.

 

Il ne range rien

Difficile de mettre un pied devant l’autre dans sa chambre. Oui le mini ado en culotte courte a un besoin naturel de sortir tous ces jouets pour laisser parler sa créativité (ou son bordélisme au choix).

 

Il ne lâche plus mon smartphone

Là je plaide coupable, c’est moi qui lui ai mis entre les mains la première fois, pour avoir un petit moment de tranquillité. Depuis il squatte dur les applications en tous genres et gère parfaitement le tactile, il faut même l’avouer bien mieux que beaucoup d’adultes.

Il ne reste qu’un pas pour qu’il appelle ses potes. Non c’est vrai, les ados n’appellent pas, ils textotent, il ne lui manque donc que la lecture pour se lancer frénétiquement et exploser le record de textos envoyé par des ados.

 

Il ne mangerait que du Nutella

ado en culotte courte nutella

Un repas complet ? Des légumes ? Du poisson ? Il y a quelques mois encore, il goutait à tout avec grand plaisir. Maintenant, c’est des pâtes, des frites, des saucisses et … du Nutella. Le reste Haaaan,  c’est trop nul.

 

Il nous rackette

« Maman, tu es beeeelle, je t’aime d’amour »

« Mon papa chéri, tu es super fort » quelques petits phrases savamment placées ici et là pour nous extorquer mille cadeaux ou mille faveurs. Certes, un ado sera exclusivement fixé sur notre porte-monnaie, notre mini ado en culotte courte préfère encore les bonbons et les cadeaux, car pas évident de dépenser son argent quand on arrive rarement à dépasser le comptoir de la boutique pour payer.

 

Et vous, il est comment votre ado en culotte courte à la maison ?

Au secours je pête déjà un câble après 1 semaine au collège

Au secours je pête déjà un câble après 1 semaine au collège

La vie n’est pas un long fleuve tranquille, encore moins avec des nenfants et encore moins avec des nenfants dys.

Alors quand n°1 rentre au collège, on s’attend un peu au pire, rapport à la fin de CM2 déjà super compliqué mais j’ai été briefé par des potes déjà passés par là.

Ne t’inquiète pas on y passe tous, c’est juste plus long et un peu plus compliqué pour les parents d’enfants dys.

Ah oui, mais combien de temps ça va durer ?

 

Parce que

  • Trouver des solutions de compensation des troubles pour s’adapter à autant de changements
  • Les  soirées à vérifier le cartable surchargé (J’avais de vieux souvenirs d’avoir eu mal au dos et aux épaules, n°1 confirme c’est très lourd) pour le lendemain.
  • Les week-ends à faire les devoirs (oui ça rigole plus). Certes la première semaine, il n’y a pas grand chose à faire mais pourtant c’est déjà difficile, comment on va faire après quand le vrai rythme sera là.
  • Les crises sur l’organisation, sur les devoirs, sur ce qu’il faut faire…

 

Je suis pas sûr d’arriver à tenir sur la longueur

 

Et dire qu’on est parti pour un an et que ça ne fait que commencer.

Insupportables, Il y a des jours où

Insupportables, Il y a des jours où

Rien ne va, ou ils sont tous insupportables.

Ou les bêtises se compte par dizaine centaines, multiplier par 3 chez nous, ça fait en fait beaucoup trop.

Vous voyez de quoi je parle ?

N’est ce pas ? Hein ?

Je ne suis pas seule, les jours où  :

 

J’en prendrais bien un* pour taper sur les autres.

 

* [note] prendre le plus petit pour le coté pratique de l’exercice.

insupportables_j_y_pense_souvent

 

Tellement je les trouve insupportables.

 

Alors bien sur je n’en ferais rien, mais ça ne m’empêche pas de le penser très fort et même de le dire.

 » Que le 1er qui n’y ai jamais penser me lance la première pierre. »

Allez soyons franc, vivre avec des nenfants c’est génial dans le meilleur, mais y a quand même le pire.

Vous savez de quoi je parle, ces journées interminables qui démarrent très tôt et se finissent tard, ou il pleut comme vache qui pisse avec une tornade dehors (en option, ou pas).

Bref ou vous ne pouvez pas sortir avec 3 nenfants qui crient, se tapent dessus pour se défouler et ne se supportent pas plus de 3 minutes d’affilées.

Évidement ces jours là votre baromètre patience est au plus bas (sinon c’est pas drôle) et ça en faite vos mômes n’y sont pas pour grand chose.

 

La faute

 

A votre pire ennemi la fatigue qui se tape l’incruste bizarrement ces jours là. Elle est là tapis dans l’ombre, mais bien présente pour amplifier les cotés insupportables de vos marmots.

 

Parce que

 

les jours après une grasse matinée, un petit déjeuner au lit et un massage, vous les trouvez adorable ces bêtises et vos gosses pas du tout insupportables

(NB : scène totalement imaginée rêvée pour les besoins de l’article, parce que dans la vraie vie une seule bonne nuit suffit ou un lexomil doit certainement fonctionner aussi).

 

Et vos gnomes insupportables ou pas ?

 

Racontez moi en commentaires, que je me sente moins seule.

Et si on allait au stade ?

Et si on allait au stade ?

Voir l’équipe de l’OL Fémines jouait et mettre une raclée à la pauvre équipe d’Arras.

match_ol_feminin

Sur la bonne question de Lyon family crunch « Et si on emmenait nos gones au(x) stade(s) ? » et sur les bons plans du week end du grand frère Lyon city crunch.

 

Mam’zine répond un grand OUI

 

Parce qu’il ne fait pas beau aujourd’hui

Parce que c’est dimanche et faut bien le dire pas grand chose à faire d’autre.

Parce que c’est gratuit, oui avec trois nenfants ça compte vachement.

Parce qu’avec les filles de l’OL, on est sûr de voir des buts.

Parce que c’est pas très loin de la maison. On peut y aller à pied.

Parce que je préfère emmener 3 nenfants au stade plutôt qu’en mission piscine.

Parce que l’ambiance est très familiale, dans les gradins pleins de petits bout, et même des bébés. Que tu te demandes même si le stade n’est pas devenu non fumeur.

 

Alors ce match une fois au stade ?

 

Si on résume bien.

C’est deux fois 45 minutes + 15 minutes de mi-temps.

C’est 2 équipes de 11 joueuses, oui je sais je suis experte en foot.

C’est une mi-temps assis pour le petit dernier, c’était ça 1ere fois au stade.

C’est une 2e mi-temps à courir dans les gradins, mais vu l’ambiance il n’était pas le seul à ne pas tenir sur son siège.

C’est 90 minutes assis ou presque pour les 2 grands, j’avoue ne pas avoir compté les assis débout.

C’est des dizaines de chants que le plus grand connaît par cœur, moi pas du tout, mais c’est pas là le principal.

C’est 14 cris d’immenses joies et donc 14 buts pour Lyon

C’est beaucoup de Ohhhhhhhhhhh pour les presque but

C’est une blessée pour Arras

C’est 1 trophée pour les lyonnaises championnes de France.

C’est plus de 6 000 personnes dans le stade.

C’est pas mal de photos et de selfies.

C’est des rires et du bonheur.

C’est 1 bon moment passé avec les nenfants.

 

En conclusion

 

Si comme moi vous avez hésité longtemps avant d’emmener vos nenfants à un match de foot.

N’hésitez pas à aller voir les filles de l’OL, c’est que du bonheur pour toute la famille, même moi je me suis prise au jeu du supporteur.

 

Alors c’est quand que vous emmener vos gônes au stade ?