On se prend vite au jeu du personnage virtuel qu’on se crée plus ou moins consciemment sur le web via nos blogs, réseaux sociaux…

Notre super nous, notre vie virtuelle, nos super ami(e)s,

super mamzine vole par tous les tempsCar oui même si Mam’zine me ressemble beaucoup dans ma vraie vie, je n’ai pas mis toutes mes petites imperfections et encore moins mes plus gros défauts.

Mais sinon OUI,  je me balade souvent en cape rouge avec mes collants leggins bleus pétrole.

Comment vous ne m’avez jamais vu dans le centre de Lyon ? C’est étrange !

 

On ne raconte pas tout et surtout pas le pire.

 

Pas de selfie la tête dans le cul un matin après une épidémie de gastro qui a décimé toute la famille.

On ne parle pas non plus de ces problèmes de couple, ou rarement de sa famille ultra recomposée, ou que oups le printemps est déjà là (pas noté dans mon agenda aussi.  Faut bien le dire) et que mes jambes ressemblent à celle d’un Yéti. Pas assez glam pour être posé par écrit.

Inconsciemment toujours il faut vendre du rêve et si par mégarde on parlait de nos soucis on met des « guillemets » de partout avec une grosse dose d’humour pour rester bankable.

 

Être blogueur n’est pas toujours simple*

 

[*enfin si parce qu’on fait comme on veut. On a cette liberté de publier ce qu’on veut, même si tout le monde s’en fout. Cette liberté de dire ce qu’on veut quand on veut.  Mais chut ! faut garder une part de mystère.]

Partant du constat qu’être blogueur n’est pas toujours simple et râler faisant partie intégrante de mon ADN,  j’ai décidé de créer une nouvelle catégorie dans mon blog, [La Complainte du blogueur] qui parlera de tous nos soucis hypers supers importants quand on tient un blog, parce que oui nous avons aussi des soucis de blogueur.

En espérant que la face cachée de la blogosphère vous plaise.

A demain pour cette nouvelle série d’articles.