Sujet sous hautes tensions en France et dans beaucoup de pays

Personnellement je n’étais ni pour ni contre avant d’avoir des enfants.

 

J’ai fait confiance à ma pédiatre pour les vaccins.

 

vaccins-bebe-vaccination

 

Prescription obligatoire ou pas, je ne me pose pas de questions pour mon premier, machinalement je fonce à pharmacie avec mon ordonnance pour les petites piqûres dès les 1ers mois de bébé.

Après des réactions plus moins agréables à gérer, je commence à me poser des questions. Mais ma pédiatre me répond que c’est tout à fait normal.

Ah bon, il est normal d’avoir mal et de faire de la fièvre après un vaccin. Bon on continue quand même avec une autre ordonnance, sur les conseils rassurant du toubib.

 

Pour bébé n°2

 

Je me pose beaucoup de questions, je demande à ma pédiatre de plus en plus d’explications.

Je ne suis toujours pas contre les vaccins. Mais j’ose émettre des réserves et souhaite commencer en douceur en étalant les vaccins. J’explique aussi clairement que possible que pour commencer je souhaite uniquement le vaccin obligatoire, et qu’ensuite nous ferons les autres.

Je suis toujours dans une confiance aveugle envers ma pédiatre. Je ne pense même pas à vérifier l’ordonnance pour moi, nous nous sommes comprises.

A la pharmacie on me donne 2 boîtes de vaccin, cela m’interpelle, mais après tout ma pédiatre était ok pour étaler les vaccins. Je ne me pose donc pas plus de questions, je fais confiance. Les 1er vaccins se passent assez bien avec des effets secondaires gérables.

 

Un lendemain de vaccination, la réaction qui fait peur :

 

cuisse_rouge

 

A la 3ème injection

Beaucoup de fièvre qui ne baisse que très difficilement, une cuisse rouge bouillante et très dur.

72h ou ta gamine souffre. Cela arrive bien évidemment un week end, la pédiatre n’est pas joignable.

Quand j’arrive enfin à la joindre après la tempête, elle me dit très posément que cela est tout a fait normal, que ce n’est pas grave que maintenant ma gamine va bien et qu’il faut continuer la vaccination.

Réaction épidermique chez moi, je n’ai jamais remis les pieds dans sa salle d’attente.

Mon médecin généraliste a pris la suite des consultations, en me rappelant à chaque visite les vaccins non faits. Je lui rappelle les événements auxquels il ne prête aucune attention sauf quelques réflexions sur mon ignorance  de la médecine et des biens faits de la vaccination.

Entant très forte dans la théorie de l’autruche, je trouve toujours une excuse pour avoir oublié les vaccins.

Et puis les enfants grandissants, je ne vais chez lui que quand ils sont malades et là on ne peut pas les vacciner.

Un jour je tombe sur un médecin de garde, qui regarde le carnet de vaccination de ma fille et me sermonne sur les vaccins non faits (à savoir tous ceux après ses 6mois). Ma fille a 4ans ça en fait un paquet à rattraper.

Alors je lui explique la réaction de ma fille et je m’attends à un nouveau monologue sur les biens faits de la vaccination. Sa réaction m’a surprise, elle m’a écouté et orienté vers un service hospitalier pour des examens et enfin trouver une explication à cette réaction. Pourtant cette femme médecin est pro-vaccin, mais elle a compris m’a peur ce jour là.

S’ensuit une série d’examens sur ma fille, pour savoir pourquoi et comment faire pour la suite de la vaccination car elle n’a plus assez d’anticorps contre le tétanos et la polio.

Je le savais au plus profond de moi et j’avais raison de faire l’autruche car elle sur-réagit à une simple dose de vaccin, en réduisant de 90% cette dose elle crée quand même des anticorps et la réaction est certes douloureuse mais gérable avec une médication douce.

 

Alors aujourd’hui pour n°3

 

Sept-controverses-sur-les-vaccins_imagePanoramique500_220

 

Je me suis renseignée, j’ai regardé, cherché, j’ai beaucoup lu.

Et je ne suis toujours pas contre les vaccins mais je ne suis pas pour non plus. Alors on fait progressivement et on étale beaucoup plus les vaccins obligatoires. Jamais deux piqures en même temps. Et seulement les vaccins obligatoires.

Pour les rappels, je demande systématiquement avant un dosage d’anticorps pour voir s’il est vraiment nécessaire de vacciner ou si on peut attendre encore. Ce que mon généraliste accepte avec de grandes réticences, car pour lui on ne peut remettre en question le calendrier vaccinal.

Mais j’avance sur ce calendrier au rythme des défenses de mes enfants et non pas d’une directive de l’état.

Pour conclure sur les vaccins, je n’ai toujours pas tranché. Je ne suis toujours ni pour ni contre, ce qui m’oblige à chaque fois à un nombre de questions important, pour faire à chaque fois un choix éclairé pour ce qu’il y a de mieux.

Mon regret le manque d’écoute et de compréhension face à mes peurs de la part du corps médical qui applique aveuglément des directives à la population sans prendre en compte l’individu.